L’Etreinte

DT7918

The Kiss, 1911

Egon Schiele  (Autriche, 1890-1918)

Graphite sur papier

55.9 x 37.5 cm

Metropolitan Museum of Art, New York

Création aussi modeste qu’intense, Le Baiser fait partie de ces dessins qui manifestent toute la majestuosité de leur technique, montrant que cette dernière est un genre à part entière de l’art pictural et non une simple étape préparatoire. Malgré des traits rapides, légers et en nombre restreint, c’est bien une œuvre achevée que nous a fait parvenir le grand Egon Schiele. Les émotions sont là, l’intimité, l’amour, la fusion de deux âmes attrapée et comme fixée sur le papier en quelques coups de crayon.

L’artiste nous offre ici un instant volé de sa propre vie, comment ne pas y être sensible ? Comment ne pas s’identifier à ces deux êtres qui, plus que des portraits de personnalités individualisées, semblent être les acteurs universels d’un jeu superbe et vrai, l’amour ?

La dextérité du dessinateur est telle qu’il n’a pas besoin de représenter le torse masculin pour que le contemplateur se le figure. Voyez-vous cette épaule musculeuse à laquelle s’accroche la belle, ou encore l’avant-bras enserrant ses omoplates ?

The Kiss témoigne de toute la magie, de toute la puissance de l’art : comme d’une simple feuille de papier sur laquelle ont été esquissés quelques traits jaillissent une beauté profonde et des sentiments complexes. Car parfois seules quelques minutes suffisent à la création d’un chef-d’œuvre.

Louise

PS : si vous trouvez certaines similitudes entre l’œuvre de Schiele et celle de Klimt, tant sur le fond que sur la forme, félicitations ce n’est pas un hasard : les deux artistes se sont côtoyés et influencés mutuellement, Gustav endossant parfois le rôle de mentor pour le jeune Egon.

Publicités