La fragilité des corps encadrée

Un petit nouveau dans la bande de JBMT! Alexandre nous fait découvrir une jeune photographe bourrée de talent, que l’on ne manquera pas de suivre.

3

Paris, la ville lumière, est un pôle multiculturel qui regorge de créations artistiques et de galeries. Gaëlle Perica est une jeune photographe parisienne qui expose cette semaine à la galerie Monod sa première série, sur le thème de la faiblesse du corps et des ravages du temps.

Afin d’illustrer son idée, Gaëlle Perica met en scène des corps nus, bruts, dans des lieux anciennement prestigieux. On peut admirer le flou du corps d’une femme dans le grand salon d’un manoir en ruine : corps et décors sont périssables.

photo-2-

Ayant un sens du cadrage et de l’esthétisme remarquable, les photographies sont équilibrées et touchantes. La richesse des lieux alliée à la simplicité d’un modèle nu exprime également la fragilité d’un corps au milieu de gravats et de toits écroulés. Cette exposition est un appel à la réflexion, à nous reconsidérer en tant qu’êtres faillibles que le temps n’épargne pas.

Chaque cliché réclame une observation poussée, tout en étant immédiatement accrocheur. La nudité y est exposée sans vulgarité, sans érotisme, simplement au sens matériel. Au sens Humain.

Alexandre 

Exposition Corps faillibles à la Galerie Monod. Par Gaëlle Perica

  • Jusqu’au 13 avril, de 13h30 à 18h30
  • 16, Rue d’Ouessant
  • 75015 Paris
  • Tel : 01 56 58 24 72
  • contactmonod@gmail.com

 

Advertisements