Saint Laurent, les Femmes et la Mode – Le Smoking

JBMT considère la mode, la vraie, comme un domaine à part entière de la culture : témoin majeur du contexte politico-social de son temps, elle donne lieu à des créations artistiques vivantes et quotidiennes méritant également leur place dans les plus beaux musées. Afin d’appuyer cette opinion, Clémentine a souhaité vous parler aujourd’hui de l’histoire d’une icône : le smoking d’Yves Saint Laurent.
.

.
En 1966 Yves Saint Laurent, l’homme qui aimait les femmes, intègre le premier smoking féminin à sa collection de Haute Couture. En partant du principe que «la féminité est dans la femme, pas dans ce qu’elle porte», Saint Laurent se place dans son époque et bien au-delà, en permettant aux femmes de développer leur pouvoir de séduction autrement qu’en portant un large décolleté ou des jambes nues.

«Le smoking oblige probablement les femmes à développer leur sensualité, à développer leur féminité»
Pierre Bergé

Cette féminité, la femme l’affirme en portant avec son smoking des talons aiguilles, une minaudière dorée et un maquillage élégant : du rouge à lèvre, des yeux noirs charbonneux, les cheveux lâchés sur les épaules. Le port du smoking implique aussi une attitude féminine, tout en ayant les mains dans les poches. «Ses formes alliaient à la force d’un homme la grâce d’une femme» : des épaules droites, qui donnent les clés pour que la femme puisse se tenir, une veste cintrée, au plus près des formes de celle-ci.

En révélant le rôle du smoking féminin, Deneuve par le biais de Saint Laurent allait faire comprendre aux femmes à quel point elles pouvaient être séduisantes et élégantes en costume masculin.

«Il est important de comprendre que les vêtements de Yves Saint Laurent inspirés du vestiaire masculin ne sont pas androgynes. Chacun chez soi»
Pierre Bergé

.
La preuve, quoi de plus féminin qu’une femme nue sous un smoking ? «Je ne me souviens pas de mon premier smoking, mais je sais que je les portais toujours  sans rien en dessous» a déclaré Betty Catroux. Bianca Jagger le porta blanc, nue sous la veste, lors de son mariage avec Mick. Comme le disait lui-même le grand couturier : «Quand on se sent bien dans un vêtement, tout peut arriver. Un bon vêtement, c’est un passeport pour le bonheur».

En le renouvelant sans cesse pendant 40 ans, Yves Saint Laurent a offert une multitude de variantes du smoking, laissant aux femmes le choix de dévoiler plus ou moins leur corps, et d’exprimer plus ou moins leur désir de séduction. Il les a dotées d’un pouvoir qu’elles ne connaissaient peut-être pas, leur a permis d’assumer leur corps dans un vêtement qui n’était à l’origine pas fait pour elles, et leur a donné confiance en elles.

«Le smoking Saint Laurent c’est le A et le Z de l’alphabet Saint Laurent»
Audrey Marney

Aujourd’hui Hedi Slimane continue de manière sublime à donner cette leçon d’élégance. Monsieur Saint Laurent a réussi : il a su donner aux femmes une pièce aussi classique qu’un vêtement masculin, indémodable et pour longtemps.

Clémentine Marcelli

Publicités