Cuillère à Absinthe x JBMT

La superbe et malicieuse Typhaine s’est fait connaître il y a bien longtemps déjà par le biais de son blog « Cookies est une cuillère à absinthe » (au temps des Skyblog – oui ne faites pas les innocents vous vous souvenez très certainement des « com’s » que vous laissiez). Un blog de mode qui pour cette petite créature à crinière rousse s’avère être plus une manière d’exprimer sa créativité et sa personnalité qu’une simple galerie ostentatoire et éphémère.

Également photographe à ses heures perdues, elle compose un monde bigarré et éclectique avec ce qu’elle nomme tendrement ses guenilles (généralement de véritables trésors de friperie). On ne peut que vous inviter à vous immerger dans son univers fait de dinosaures, d’imprimés léopard et de sourires fendus jusqu’aux oreilles !

.

Bonjour Typhaine,

Merci de nous inspirer depuis ces croustillantes années que sont celles de l’adolescence ! Tu es devenue pour nous une véritable icône, à mille lieux des habituels stéréotypes des blogueuses de mode.

Commençons par un peu de littérature : quel livre pourrais-tu relire indéfiniment ? As-tu prévu d’en lire certains en particulier pour cet été ?

Ce n’est pas tout à fait mon genre de relire des livres. Je me contente de souligner des passages ou des phrases qui m’ont marquée et de feuilleter le bouquin bien plus tard pour survoler rapidement ce qui m’a touchée sur le moment. Je ne fais pas vraiment vivre les livres que je lis dans le temps, ils sont souvent attachés à des époques précises de ma vie et j’ai du mal à les y déloger pour transgresser la première lecture. Cependant, j’ai lu L’Insoutenable Légèreté de l’Etre de Kundera il y a peu et à l’inverse, c’est un livre que j’ai programmé de relire d’ici une dizaine d’années afin de voir où j’en serai à travers lui, concernant les sujets qui y sont abordés.

Pour cet été, aucune idée. Surtout que je suis dans une de ces phases où je ne lis pratiquement rien (à part Game of Thrones haha). Enfin, c’est possible que d’ici trois semaines je sois en librairie à acheter dix livres, donc on ne sait jamais.

Y a-t-il des artistes (peintres, photographes…) qui t’ont profondément marquée, ont influencé ton goût?

En peinture, je dirais Toulouse-Lautrec et toute l’imagerie du Moulin Rouge des années 1900 et autres qui en découlaient. C’est un univers qui m’a absorbée pendant de longues années et a inspiré le nom de mon blog d’ailleurs (Cuillère à absinthe). Sinon, je peux facilement citer Renoir et ses peintures de la vie de tous les jours enjolivée (j’ai dû lire tous les livres possibles le concernant, lui et son travail) ainsi que dans un genre moindre Degas. En photo, Chadwick Tyler a toujours fait ce que j’aurais voulu faire : j’adore comme il maitrise son noir et blanc et la « matière » de ses portraits. Pour citer les grands, Tim Walker et Paolo Roversi ont aussi été des boosteurs d’inspiration au tout début de mon intérêt pour la photo.

.

Peux-tu nous en dire plus sur la photographie que tu pratiques ?

Aujourd’hui, je n’ai plus vraiment le temps de photographier des projets persos alors je me contente d’exposer mes anciens travaux (dernièrement à Shanghai !) et de shooter des commandes spéciales dans des domaines mode/streetstyle/concerts.

Dans quel lieu culturel adores-tu te réfugier ?

Les bibliothèques/médiathèques étaient mon refuge number one quand j’étais plus jeune, mais maintenant mon lieu de culture préféré c’est internet et son infinité. Je peux passer des heures à trainer sur la toile, à m’entortiller à droite à gauche pour en découvrir toujours plus.

Tu as assisté à de nombreux concerts ; lequel t’as le plus agréablement surprise ?

Alors là… La liste est tellement longue que je ne saurais pas qui citer proprement sans être injuste avec tout le reste des lives grandioses auxquels j’ai assisté. Les concerts étaient (et continuent d’être finalement) une vraie drogue pour moi. Dès que je pouvais, j’en étais. A une époque j’ai commencé à tenir un carnet de tous les groupes que je voyais, mais au bout d’un moment je perdais le fil. La musique est un art que je connais plutôt bien mais ne pratique pas alors ça me fascine. Je m’en suis rendu compte dernièrement quand j’ai remarqué que TOUS mes ami(e)s étaient d’une manière ou d’une autre musiciens. Sauf moi !

Disons que je suis généralement bien plus surprise quand je me bouge les fesses pour voir un groupe que je connais très peu, presque que de nom et que je me prends une claque. En novembre dernier, c’est Haim qui m’a fait cet effet-là. Je m’attendais à quelque chose d’un peu mou/mignon/calme et c’était tout l’inverse !

.

Quel est le film dont tu cites des répliques en permanence avec tes amis ?

Aucun ! Je n’en retiens jamais. La seule chose dont je me souviens, c’est qu’il y a trois ans je n’arrêtais pas de dire « son of a bitch » parce que je venais de me taper toutes les saisons de Lost et que Sawyer n’arrêtait pas de dire ça !

Un bon plan manger sur Paris et/ou Montpellier ?

Je suis une pro-malbouffe (même si je me soigne) alors ça va être un peu dur. Je dirais Captain B pour les burgers [5 avenue Trudaine, Paris 9e], Eric Kayser pour les pauses déj’ et le Petit Paris [13 rue du Temple, Paris 4e] en début de soirée. A Montpellier, je passais ma vie au Mc Do ou à manger du riz dans ma chambre de cité U, alors je passe la main !

Si tu avais la possibilité de faire revenir sur terre une célébrité décédée, laquelle choisirais-tu ?

Alexander Mc Queen.

Quelle chanson te met la patate en toutes circonstances ?

« Whistle » de Sporto Kantès !

Et pour terminer, la question JBMT : quelle chanson catégorisée honteuse écoutes-tu en douce ?

Je suis une fan invétérée de Britney Spears depuis mes 8 ans – j’y peux rien, j’arrive pas à la laisser au placard à côté de mes jouets d’enfance. Quand j’ai de longues retouches photos à faire j’écoute tooooous ses albums, surtout ceux que j’ai connus gamine, en boucle et je les chante à tue-tête en langage yaourt parce que j’ai jamais pris la peine d’apprendre les paroles correctement depuis !

Mille mercis Typhaine !

Louise

Retrouvez Cookies est une Cuillère à Absinthe :

Publicités