Cook, dance, eat.

Aujourd’hui, un post un peu spécial. En effet, nous n’allons pas aborder un quelconque projet culturel, mais celui d’une ONG qui lutte contre le gaspillage alimentaire, joliment nommée « Disco Soupe ». Chaque année, entre un tiers et la moitié de la nourriture produite dans le monde (soit environ 1,5 milliard de tonnes) est tout simplement jeté.

1017171_683246865034711_526057169_n

Pourquoi choisir de vous en parler ? D’une part parce que nous avons été particulièrement touchés par cette démarche ; d’autre part car il est possible d’y voir un lien avec la culture, la société et son fonctionnement.

Venons-en au fait : qui, comment, pourquoi ?

Tout le monde est invité à venir aider Disco Soupe en préparant les fruits et légumes préalablement récupérés par l’organisme en ayant pris garde à se servir après les personnes dans le besoin (on parle de troisième-main). En effet, ces primeurs n’ont pas été achetés mais bien sauvés de la benne à ordures – dans notre recherche constante de normalisation nous en sommes arrivés à laisser de côté les pommes non calibrées et les bananes dont la courbure n’est pas règlementaire alors qu’une grande partie de la population mondiale peine à se nourrir. C’est là tout l’enjeu de l’ONG, d’éviter le gaspillage des aliments mais aussi des énergies nécessaires à leur production.

Mais les organisateurs ont pris le parti de lutter avec le sourire : les Disco Soupes prennent la forme de véritables fêtes, l’épluchage se fait en musique alors que les participants vont et viennent, discutent et échangent. Les repas ainsi préparés (salades, soupes, smoothies…) sont ensuite proposés aux passants, gratuitement ou sur contribution libre.

Rassurez-vous, Paris ne monopolise plus ces fêtes du légume qui auront lieu pour l’année 2013 dans de nombreuses villes de France (Toulouse, Rennes…) – et tout le monde peut organiser un tel évènement, il suffit de contacter l’équipe !

Louise

Publicités