Pourquoi les livres français sont-ils moches? #2

Après avoir constaté le problème des couvertures particulièrement fades et mal accordées des livres français, Lorraine nous parle de ces maisons d’édition qui font un effort du côté du packaging littéraire. N’hésitez pas à faire un tour sur son merveilleux blog littéraire Les Ecrits Vains !

Si je vous dis « livre de poche », à quoi pensez-vous ? Prix abordable ? Culture populaire ? Démocratisation de la lecture ? Vous n’aurez pas tort, car le livre de poche évoque tout cela à la fois. On a fêté en 2013 le 60e anniversaire de la collection « Le livre de poche » : l’occasion de faire retour sur ce secteur à part entière de l’édition française.

Avant tout, jetons un œil plus particulièrement sur les couvertures des livres de poche. Que vous évoquent-elles cette fois ? Des couvertures baclées ? Parfois étranges ? Sans lien avec le contenu ? Voire franchement racoleuses pour les éditions les plus populaires ? Là encore, ce n’est pas étonnant.

L’édition la plus visible, celle qui, pour caricaturer, a droit de cité sur les têtes de gondole les plus exposées de la Fnac, n’est pas l’édition la plus prestigieuse. C’est un fait. Il n’y a pas de mal à cela, car comme dit précédemment, c’est le rôle du livre de poche que d’offrir au plus grand nombre quelque chose à se mettre sous la dent… ou sous l’œil.

Quelques exemples de couvertures assez laides (de Musso à Maupassant, personne n’est épargné) :

.
Toutefois, si l’on est conscient que le livre de poche ne sera jamais un beau-livre, on peut constater que des efforts sont faits. Des collections comme Folio, 10/18 et même Le Livre de poche ont amorcé une nouvelle ère pour le livre de poche, en refondant « entièrement » leurs couvertures.
.

austen.

Ce n’est pas forcément plus probant, mais au moins, on assiste à une volonté de moderniser le livre de poche et de l’inscrire dans son actualité (10/18 a changé les couvertures et la typographie de tous ses titres à l’occasion de ses 50 ans).

Folio s’est également offert un petit coup d’élixir de jouvence :
.

lf

.
Certaines éditions de poche comme Babel (Actes Sud) ont elles depuis toujours apporté un soin tout particulier aux couvertures, reflétant par là l’exigence de qualité de leur catalogue.

S’il est un marché que la France pourrait imiter, c’est l’édition anglo-saxonne. Bien sûr, beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de livres anglo-saxons jouent à fond la carte « best-sellerisation » avec des couvertures proches de publicités pour du papier toilette (pensons notamment à toute la veine de la « chick-lit » ou des sagas fantastiques…), mais on a vu apparaître depuis récemment des bonnes surprises.

Le leader sur le marché, Penguin, a revu entièrement sa collection de classiques et de littérature, proposant des couvertures innovantes, pour des formats et des prix qui sont ceux des livres de poche.
.

peng
.
La collection Penguin Threads propose notamment des classiques dont la couverture est brodée : le façonnage du livre (sa fabrication) en fait un véritable écrin, qui n’a rien à envier aux beaux-livres.
.

.
Mais pour revenir à la France, quel est l’avenir du livre bon marché ? Le livre de poche est-il condamné à subir une uniformisation constante de ses couvertures ? Il semble que la petite et la micro édition offrent une alternative de qualité. Ces maisons peu connues du grand public déploient cependant des moyens pour conserver une qualité de façonnage et des couvertures intelligentes malgré les petits formats.

Une maison comme Zulma a pris le parti dès le départ de faire appel à un graphiste rattaché exclusivement au service artistique (David Pearson), ce qui permet à la fois de construire une image reconnaissable de la maison, de préserver la cohérence du catalogue, et d’associer livre de poche et qualité. Pas étonnant que ce même David Pearson soit l’un des collaborateurs de la maison Penguin !
.

zulma

.
On peut in fine citer des maisons comme Allia, les éditions du Sonneur, ou encore Le Tripode (ancienne maison Attila), parmi les nombreuses maisons indépendantes dont la devise semble être « Ne pas rouler sur l’or et savoir tout faire »… Lecteurs, choisissez votre camp !

Advertisements