Image’N Magie, le Quai Branly en Ardèche

branly-affiche-gd

.
Après « Chasses Magiques » en 2013, le Quai Branly est reparti pour quelques mois en Ardèche le temps d’une exposition hors-les-murs intitulée « Image’n Magie », au château-musée de Tournon-sur-Rhône. Ces expositions sont nées d’un partenariat entre le musée du Quai Branly et la Grotte Chauvet, récemment entrée au Patrimoine Mondial de l’Humanité ; elles dressent un pont entre les arts premiers et l’art du paléolithique européen.

Cette année, l’exposition « Image’n Magie » se concentre sur le pouvoir des images. L’image qui devient des images grâce à la maitrise et à l’utilisation de procédés artistiques tels que la multiplication, l’inclusion, le retournement ou la superposition, qui créent bien plus que des illusions, qui créent la magie de l’image.

Une quarantaine d’œuvres bien choisies, souvent peu ou pas montrées au Quai Branly – la qualité a été privilégiée sur la quantité – nous montrent comment des cultures, bien que réparties aux quatre coins du monde, ont pu utiliser des techniques similaires pour la fabrication d’images cultuelles. Voici quelques exemples d’artefacts présents à l’exposition :
.

Marupaï du Golfe de Papouasie


© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT

.
Les marupaï du Golfe de Papouasie sont taillés dans des noix de coco naines. Leur aspect change selon le point de vue du spectateur. Vus du dessus, ils représentent un visage humain apparenté à un visage d’ancêtre. Vus de côté, ils symbolisent un animal de la famille des suidés, probablement un porc.
.

© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT


.

Statuette anthropo-zoomorphe baga


© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT

.
Cette figure d’autel de la culture Baga (Guinée) reprend les mêmes procédés que les marupaï océaniens. Si l’on se place sur le dessus, on y voit un visage humain arborant une longue barbe ainsi qu’une imposante coiffe. Sur le côté, la coiffe se change en corps et tête d’oiseau, la barbe en queue.
.

© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT

.
Hochet zoomorphe haïda


© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT

.
Les Haïdas du Canada utilisaient des hochets lors de danses rituelles. Ici, on a d’un côté un grand oiseau à la gueule dressée et aux ailes reposant le long du corps, et de l’autre un humain relié à un bec d’oiseau par ce qui semble être une grenouille ou un crapaud.
.

© Thomas Servoz - JBMT

© Thomas Servoz – JBMT

.
Le parti-pris dans la sélection des œuvres est très appréciable. En effet, vu le petit nombre de pièces mises à disposition, il aurait été vain de vouloir faire un tour de toutes les civilisations représentées au Quai Branly. Le choix s’est donc porté sur une ou deux cultures par continent pour mieux approfondir le thème de l’exposition : Haïda pour l’Amérique, le Golfe de Papouasie et quelques peintures aborigènes pour l’Océanie, Baga de Guinée et Ijo du Nigeria pour l’Afrique.

 La quatrième et dernière salle de l’exposition, tout en haut du magnifique château de Tournon, sert de lien avec la Grotte Chauvet et son art pariétal unique au monde. On peut y apercevoir un avant-goût de la future réplique de la grotte attendue pour la fin de l’année.

Pour finir, je tenais absolument à remercier le Quai Branly et la Grotte Chauvet de proposer une telle exposition en Ardèche. Venant moi-même de la région, je ne peux que déplorer l’absence quasi-totale des arts premiers et des initiatives comme celle-là devraient être davantage soutenues et reconnues, car l’accès aux arts extra-européens et à la culture en général ne doit pas être l’apanage de quelques villes et d’un public urbain.

Thomas Servoz

Pour visiter l’exposition faites vite, c’est jusqu’au 6 octobre !
Tous les jours de 10h à 18h
Tarifs : 4€ (plein) 2€ (réduit)
Plus d’informations ici.

Publicités