Frank Gehry, le Centre Pompidou et la Fondation Louis Vuitton

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

.
En début de semaine, l’équipe du groupe VINCI Construction nous présentait son travail mené dans le cadre de la réalisation de la Fondation Louis Vuitton, dessinée par Frank Gehry, qui ouvrira ses portes à la fin du mois d’octobre. L’évènement prenait place au sein de la rétrospective consacrée par le Centre Pompidou à son architecte, que nous avons pu découvrir par la même occasion.
.

© Fondation Louis Vuitton

© Fondation Louis Vuitton

.
L’OVNI architectural nouvellement édifié au Bois de Boulogne n’est pas passé aperçu, tout comme l’a été il y a quelques années l’annonce de la création d’un musée porté par l’une des plus grandes marques du luxe – attestant par là, une fois de plus, que l’art contemporain est avant tout affaire d’argent. Mais, il faut bien avouer qu’un budget conséquent a parfois du bon : attardons-nous donc sur le bâtiment de la Fondation Louis Vuitton, chef-d’œuvre d’architecture contemporaine.
.

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

.
La structure, conçue comme un nuage par Frank Gehry, déploie dans l’espace ses 12 verrières monumentales, dont la plus grande pèse 900 tonnes. L’ensemble s’étend sur 150m de long et comprend environ 18 500m² de surface hors-sol, pour des hauteurs de plafond atteignant jusqu’à 21 mètres : il se compose donc essentiellement de vide, « le plus difficile à réaliser » d’après Manuel Esteves, directeur du projet.
.

1 (26)

.
Avec 1 500 000 heures d’études passées en amont de la construction (soit 20% de la durée totale du chantier), le bâtiment a bénéficié d’une attention extrême de la part de ses concepteurs. Véritable tour de force technique, la réalisation de la Fondation s’est vue entravée de nombreuses fois, tant sur le plan pratique (il a notamment fallu faire parvenir en Italie un four de Chine pour la réalisation des verrières) que législatif (une annulation du permis de construire a eu lieu en janvier 2011).
.

1 (24)

.
La grande innovation de ce chantier a été pour VINCI l’utilisation d’une maquette numérique, qui a notamment aidé les différentes entreprises sous-traitées à communiquer entre elles. Ce principe devrait être repris à l’avenir par le groupe, pour permettre par exemple à l’architecte et au commanditaire de synthétiser leurs modèles en un seul, et ainsi faciliter considérablement les échanges entre les différents acteurs du projet.
.

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

.
L’exposition, quant à elle, constitue la première rétrospective de l’architecte en Europe. Né en 1929, l’américano-canadien Frank Gehry fonde son agence en 1962 et mène une activité d’urbaniste jusqu’à l’édification de sa propre maison en 1977. Ce début de carrière, généralement relégué au second plan par ses chantiers ultérieurs tels que le musée Guggenheim de Bilbao, a bien été mis en valeur par la rétrospective.
.

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

.
L’aspect purement artistique des créations de Gehry n’a pas non plus été délaissé : au contraire, on peut admirer nombre de ses croquis, clichés et modèles d’inspiration, qui pourraient tout aussi bien être l’œuvre d’un photographe ou plasticien. Il est même parfois difficile de concevoir ses bâtiments comme de véritables structures fonctionnelles ; on les assimilerait plutôt à des organismes déconstruits à l’échelle monumentale dans lesquels on est invité à pénétrer.
.

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

.
Mais, héritage de sa formation d’urbaniste, Frank Gehry n’oublie jamais de prendre en compte dans ses projets l’espace environnant : il ne vient pas seulement moderniser un ensemble, y apporter une touche contemporaine pour le plaisir de tout chambouler. C’est à chaque fois un jeu de miroirs ou de distorsions qui vient transformer la ville, comme un rêve éveillé.
.

© Louise Ganesco Deglin - JBMT

© Louise Ganesco Deglin – JBMT

________________________________

« Frank Gehry » au Centre Pompidou
Galerie sud
8 octobre 2014 – 26 janvier 2015
de 11h00 à 21h00
Publicités