Laides

Parce que dans la vie, y’a pas que les blockbusters, aujourd’hui on braque nos jumelles sur un tout jeune talent en devenir. Laides est le nouveau court métrage de Baptiste Malbéqui, réalisateur en herbe, qui nous livre là une jolie réussite. 

d0264fb6c0174604eedadb9cead41379

© TAZZIO

Dans la brume doucereuse d’un début d’automne, Mathilde, son frère Erwan et leur petite cousine Lucie se retirent en famille pour tenter de traverser ensemble la difficile épreuve du deuil. Mais assez vite, cette retraite, qui se voulait apaisante et spirituelle, se retrouve tachée des rancœurs familiales et des secrets qui enveniment cette communauté étriquée. 

10732291_299811240221724_1677866651_o

© LAIDES – 2014

Le titre « Laides » semble faire référence à la laideur des sentiments, des jalousies exacerbées par les protagonistes, féminines surtout, dans cette ambiance inquiétante des vieilles maisons de campagne. Peu à peu, les personnages se dévoilent, démasquent leur ressenti, leur amertume ou leur aigreur, et aussi se révèlent tels qu’ils sont vraiment, derrière cette carapace de bienséance, de mise dans une ambiance de décès, d’héritage, de condoléances.

10746755_299811220221726_724956544_o

© LAIDES – 2014

On voit donc apparaître leurs vrais visages, et on se pose des questions sur ces protagonistes, mystérieux pour la plupart, qui se croisent dans ces circonstances particulières. L’ambiance malsaine qui en ressort dépeint avec justesse les non-dits qui teintent bien souvent les atmosphères de drames familiaux, et en font le centre du film; plus que la trame de l’histoire elle-même, ce sont toutes les petites attentions et attitudes, les ambiances, les regards, qui sont le réel sujet du court-métrage. On y parle des relations humaines, du poids du passé, des changements, de la maturité aussi. 

10572894_299811316888383_2004931981_o

© LAIDES – 2014

Bien sûr, le court-métrage n’est pas parfait, on note quelques maladresses dans de petits détails de scénario, ou certaines tournures de phrases un peu trop littéraires, mais Baptiste Malbéqui parvient à créer, de façon très habile dans ce temps très court, une ambiance singulière pour dérouler le fil de son histoire.

© Robin Voisin

© Robin Voisin

Il y aussi des trouvailles pleines de charme, dans le regard porté sur l’ingénue Lucie (Carlotta Antonucci) par exemple, un personnage que l’on observe sortir de sa candeur, et que la caméra filme avec beaucoup de sensualité; ou encore dans le choix des musiques, toutes composées spécialement pour le film ; dans la photographie parfois, l’angle, à voir ici dans le superbe teaser. De plus, le tout est porté par une petite clique de comédiens hétéroclite, dont chacun s’acquitte de sa tâche avec sérieux, douceur et brio.

1922374_1479579008927843_1583112492_n

© LAIDES – 2014

Alerte talent, donc, pour une joyeuse équipée qui a mené à bien un beau projet, avec délicatesse, rigueur, ténacité et qualité, le tout rendu possible grâce à la générosité des participants Ulule – car on ne cessera de souligner les incroyables opportunités qui peut offrir le crowdfunding ! Pour la prochaine projection, rendez-vous sur la page facebook

10733569_299818453554336_1436443962_n

© Robin Voisin

________________

Laides, de Baptiste Malbéqui.
Avec Christèle Sabalot, Carlotta Antonucci, Nicolas Guigou et Eliane Deleuze.
Durée : 20 minutes. 

Publicités