Voyager au Moyen-Age

Il ne scet rien qui ne va hors

.
La nouvelle exposition du Musée Cluny, dans le bel écrin de son frigidarium romain, vous invite au voyage. Celui-ci est nécessaire au Moyen-âge comme maintenant, et ce pour des raisons presque identiques : l’enrichissement, la découverte (et donc la connaissance), le salut, la visibilité sociale… L’exposition s’attache à présenter ces aspects des périples médiévaux, en reflet, ou presque, avec le voyage contemporain, mais ne s’en contente pas. Elle creuse la signification même du mot « voyage », de la notion, et la définit ainsi : « de l’espace parcouru et du temps ».
.

.
Dès lors, l’exposition se divise en différentes sections qui suivent cette définition mais sans parcours prédéfini, le visiteur est libre de naviguer entre les différentes thématiques. De la croisade au pèlerinage, les mieux connus pour nous, au mariage et à la mort, voyages auxquels on ne pense pas en tant que tel, la diversité des objets présentés fixe efficacement une réalité que nous connaissons mal aujourd’hui, mais dont nous sommes pourtant les héritiers. Objets portables, guides, récits, « souvenirs », bagages, cartes…

Bien comprendre quelle pouvait être l’appréhension du monde dans la société médiévale dans ses différentes strates et professions est sans doute l’un des enjeux majeurs de cette exposition, mais elle insiste également sur des aspects que l’on tendrait à négliger : le rapport à l’autre par exemple, ou des voyages peu connus, comme celui du rouleau des morts. Il est également agréable de trouver dans le parcours des parties respectivement dédiées à la mobilité artistique (illustrée notamment par des gravures de Dürer, rien de moins) et à la postérité qu’a eu le voyage médiéval dans le voyage contemporain (saint Christophe présent dans les casques de moto – la bénédiction incluse dans la garantie).
.

.
L’envergure de l’exposition, dont le propos-même est celui de dépasser les frontières, se mesure également aux prêts spectaculaires qu’elle a su obtenir : le panneau de retable du couvent Sainte-Claire de Vic conservé au Musée épiscopal, l’épave d’Ubierta conservée à Bilbao qui trône au milieu du parcours, et de nombreux objets conservés à Cologne et Florence.

Le sujet, ambitieux, est traité judicieusement et dans le souci permanent de clarté qui permet au visiteur de raccrocher le contenu du parcours à sa propre conception du voyage et à l’expérience qu’il en a, en miroir avec les objets médiévaux. Cependant, certains objets peuvent être tout à fait pertinents au propos tout en restant inaccessibles au simple visiteur, car ils auraient mérité peut-être un peu plus d’approfondissement, comme par exemple les insignes de pèlerins.

Le mieux est encore d’aller se faire sa propre idée !

Caroline Gomot

___________________________

« Voyager au Moyen-Age »
22 octobre 2014-23 février 2015
Musée de Cluny, 6 place Paul Painlevé, 75005 PARIS
Plus d’informations ici
Twitter : #VoyageMA @museecluny

Advertisements