A table !

Niché au fond du XVIe arrondissement de Paris, le Musée Dapper a choisi cette année de mettre en lumière une thématique universelle mais non moins signifiante : l’art de manger.

Lart-de-manger

© Musée Dapper – 2014

Il nous semblait avant tout important de présenter rapidement cette fondation, malheureusement trop méconnue du public. Celle-ci a pour but de mettre en avant la connaissance du patrimoine artistique d’Afrique subsaharienne (et de ses métissages), par le biais notamment d’expositions annuelles – dont on ne saurait que souligner la qualité.

Ces expositions regroupent tant des œuvres du fonds du musée que provenant d’autres institutions prestigieuses et collections privées, et s’accompagnent toujours de catalogues particulièrement riches. Mais le Musée Dapper se distingue particulièrement par l’importance qu’il accorde à l’art africain contemporain, qui vient dialoguer avec les œuvres plus « traditionnelles » présentées. 

6a00d8341c026953ef01a511c40d72970c

© Archives Musée Dapper et Hughes Dubois

Mais revenons à l’exposition en elle-même : L’art de manger. Rites et traditions nous propose d’aborder la nourriture et les multiples objets qui s’y rattachent, ne se limitant pas cette fois-ci à l’Afrique, mais élargissant son propos à l’Insulinde et à l’Océanie. Car si manger s’avère un acte primordial, celui-ci peut revêtir des formes très diverses. A qui est destinée cette nourriture ? De quoi se compose-t-elle ? Comment la prépare-t-on ? Dans quels contextes intervient-elle ? Autant de questions que l’exposition tente de soulever. 

2921139-jpg_2555248_1000x667

© Archives du Musée Dapper et Hughes Dubois

En plus du repas quotidien et des ustensiles liés (coupes, cuillers, couteaux, plats, jarres…), sont présentées de nombreuses œuvres faisant écho à la dimension rituelle de la nourriture, utilisée dans nombre de cérémonies et sacrifices afin de satisfaire et de se concilier dieux, ancêtres, esprits… Ainsi, présentoirs à offrandes, statues-autels, figures porteuses de coupes, et même masques nous donnent un aperçu de la variété des productions et de leurs usages. 

L’art de manger revêt une dimension bien plus complexe qu’un simple besoin physiologique, et outre l’aspect spirituel de la nourriture, cela fait d’autant plus sens dès lors que l’exposition aborde le fait de « manger l’autre » : habile présentation d’une pratique à la portée symbolique fondamentale, bien loin des fantasmes encore prégnants dans notre imaginaire collectif. Car manger, quelles qu’en soient la forme et la culture concernées, est avant tout un acte essentiellement social. 

15-83-800x600

© Hughes Dubois

Ainsi, au-delà l’intérêt du propos, cette exposition vaut par la grande diversité et l’immense qualité des objets qu’elle présente, mais aussi par son importante intégration de vidéos tout au long du parcours – on ne peut d’ailleurs que souligner la part belle que fait le musée à ce support dans chacune de ses expositions. On notera également l’intéressante installation Le dîner des fantômes de l’artiste franco-béninois Julien Vignikin, qui ouvre et clos le parcours de la visite. 

Alors si vous êtes curieux, que vous avez envie de visiter un musée hors des sentiers battus, de découvrir des objets étonnants et des pratiques non moins fascinantes – non il n’y a pas que le Musée du Quai Branly à Paris pour découvrir les arts d’Afrique et d’Océanie – courez-y !

_______________

L’art de manger. Rites et traditions.
Du 15 octobre 2014 au 12 juillet 2015.
Commissariat : Christiane Falgayrettes-Leveau et Anne van Cutsem-Vanderstraete (avec la collaboration de Gilles Bounoure).
Plein tarif : 6€ / Tarif réduit : 4€ / Gratuit pour les moins de 26 ans.
Ouvert tous les jours (sauf le mardi et le jeudi), de 11h à 19h.
Plus d’informations ici.

Musée Dapper
35bis, rue Paul Valéry – 75016 Paris
Facebook par .
Twitter par ici.

Publicités