Un weed-end, Une ville : Rome

Près de la galerie Borghèse © Louise Ganesco Deglin - JBMT

Près de la galerie Borghèse © Louise Ganesco Deglin – JBMT

Rome est clairement la ville idéale pour une escapade de quelques jours depuis la France. Plus authentique que Venise, plus historique que Milan, abordable, pittoresque et haute en couleur… Chaque dédale de la Ville Eternelle est un régal pour les yeux. Si l’on associe majoritairement Rome à son passé antique, il ne faut cependant pas oublier la période incroyablement fastueuse qu’elle a traversée au XVIIe siècle, ayant laissé pour témoignages d’impressionnantes églises baroques aux plafonds bouillonnants et aux sculptures marmoréennes d’une expressivité sans pareil. Et puis bien sûr, la capitale italienne est aussi synonyme de pasta et de caffè en terrasse au soleil, histoire que tous vos sens soient en vacances.

.

QUE FAIRE A ROME?


Pour changer du Forum ou du Vatican, nous vous conseillons un petit tour du côté des églises de la ville. Alors oui, on sent bien le conseil de l’étudiante en histoire de l’art qui trouve qu’un musée est plus fun qu’un parc d’attractions, mais promis, il y aura de belles surprises. Et puis, elles ne sont pas très éloignées les unes des autres, ne demandent pas trop de temps à la visite et leur entrée est gratuite, alors en cas de déception il vous sera aisé de retomber sur vos pattes (pâtes? Ok, arrêtons les clichés).

Sainte-Cécile du Trastevere © Louise Ganesco Deglin - JBMT

Sainte-Cécile du Trastevere © Louise Ganesco Deglin – JBMT

Le Caravage à Saint-Louis-des-Français

Si l’on pense plutôt à admirer les œuvres du maître du clair-obscur au Louvre ou à la Galerie Borghèse, il ne faut pas oublier le superbe cycle qu’il a réalisé autour de la figure de saint Matthieu dans l’église française de Rome. On adore le mélange des évènements bibliques aux costumes contemporains du peintre, le contraste du classicisme de Saint Matthieu et l’ange avec la Vocation de saint Matthieu traitée à la manière d’une scène de genre prosaïque… De quoi se régaler. N’oubliez pas de faire un tour dans les autres chapelles, qui vous réservent parfois de très belles surprises.

Piazza di San Luigi de’ Francesi

Le Gesù

Première église construite dans l’esprit de la Contre-Réforme, le Gesù est un édifice absolument majeur dans l’histoire de l’architecture religieuse. C’est lui qui va fixer les « canons » pour le siècle à venir, et pas seulement en Italie : beaucoup d’églises françaises construites au XVIIe siècle s’en inspirent. Ce que l’on remarque avant tout, c’est la sobriété de la façade, immaculée, scandée de quelques pilastres et colonnes, qui ne nous laisse absolument pas présager la profusion d’ornements que renferme l’intérieur du bâtiment. L’apogée du spectacle se trouve au plafond, réalisé par le Baciccio, qui associe peinture, stuc et stuc peint pour un effet de débordement des figures de leur cadre.

Via degli Astalli, 16

Maderno à Sainte-Cécile du Trastevere

Nichée au fond d’une cour silencieuse, l’église Sainte-Cécile abrite une figure de la sainte éponyme sculptée  par Stefano Maderno en 1600. Son blanc immaculé éclate parmi les marbres colorés du maître-autel dans lequel elle a été intégrée, et l’on est stupéfait de la pureté qui rayonne de cette créature fragile. La jeune femme, allongée sur le côté, le corps et la tête voilés, nous présente la plaie de son martyre sans artifice aucun : son cou fin, sectionné d’une longue coupure. Il s’agirait de la position dans laquelle, selon la légende, on aurait retrouvé la dépouille intacte de la sainte lors des travaux de réfection de l’église à la fin du XVIe siècle. A ne pas manquer.

 Piazza di Santa Cecilia, 22

La chapelle Cornaro du Bernin

Figure incontournable de l’art romain du XVIIe siècle, le cavalier Bernin a notamment réalisé pour la famille Cornaro une chapelle au sein de l’église Santa Maria della Vittoria. Dédiée à l’extase de sainte Thérèse d’Avila, cette œuvre architecturo-sculpturale correspond tout à fait à l’idée que l’on se fait de son auteur : spectaculaire. D’ailleurs, à voir les membres de la famille Cornaro immortalisés dans des loges de part et d’autre de la scène centrale, c’est à se demander si l’on ne se trouve pas au théâtre ou à l’opéra. Lumière, couleurs, matières, tout est savamment agencé. Actuellement en restauration, sainte Thérèse devrait nous présenter d’ici la fin de l’année son minois propre et scintillant.

Via 20 Settembre, 17

.

OÙ MANGER?


 Angelina © Louise Ganesco Deglin - JBMT

Angelina © Louise Ganesco Deglin – JBMT

Maccheroni

Restaurant de charme mais non guindé situé à deux pas du Panthéon, Maccheroni a accueilli Michelle Obama il y a quelques années de cela. Armé d’un délicieux plat de pâtes et d’un verre de vin, vous vous trouverez vous aussi des allures de Première Dame.

Piazza delle Coppelle, 44 http://www.ristorantemaccheroni.com

Angelina

Entre les pots de romarin et le mobilier de jardin, Angelina vous propose des pâtes à la truffe dans d’immenses saladier, une expérience gustative à ne pas manquer ! Le café Angelina, situé juste à côté, propose des tiramisu et du mascarpone à la fraise en terrasse. (Merci Dorothée pour ce bon plan !)

Via Poli, 27 http://www.ristoranteangelina.com

Mondo Arancina

Si vous vous trouvez dans le coin de la Piazza del Popolo, ne vous réfugiez pas, abattus, dans l’une des nombreuses chaînes de restauration rapide du coin. Faites quelques mètres de plus et choisissez des parts de focaccia toutes fraîches : pomme de terre-romarin, cèpes, roquettes-tomates cerise-mozzarella… Le tout au poids, pour une poignée d’euros.

Via Flaminia, 42/44 (d’autres adresses existent) http://www.mondoarancina.it

.

OÙ BOIRE UN CAFÉ?


 Pan Bernardo © Louise Ganesco Deglin - JBMT

Pan Bernardo © Louise Ganesco Deglin – JBMT

Baylon Cafè

Il fait bon déambuler dans le Trastevere en fin d’après-midi, quand le quartier prend vie. Le Baylon cafè est un lieu idéal pour se poser en fin d’après-midi autour d’un thé ou d’un verre, discuter et s’acharner sur l’un des plateaux de jeux disponibles.

Via di San Francesco a Ripa, 152 http://www.bayloncafe.net

Pan Bernardo

Après un tour du côté de la chapelle Cornaro, le Pan Bernardo vous fournira un capuccino en règle, dans un décor moderne et coloré.

Piazza San Bernardo, 113 http://www.panbernardo.it

.

OÙ PRENDRE UNE GLACE?


Fior di Luna

Et l’étape indispensable de votre week-end, les glaces. Celles-ci sont maison, à base notamment de fruits frais, et magnifiquement agréables au palais.

Via della Lungaretta, 96 http://www.fiordiluna.com/

Publicités