Carnet de voyage #4 : Montréal

UNE VILLE : MONTREAL


© Marion Bertin

© Marion Bertin

Installée sur les berges du fleuve Saint-Laurent, Montréal a été fondée par les Français au milieu du XVIIème siècle, avant de passer aux mains des Anglais à peine deux siècles plus tard. Elle défend depuis lors ses deux cultures d’origine et les assume pleinement.

UN LIEU : LES MARCHES


J’ai eu la chance de vivre pendant trois mois à Montréal dans une colocation. Cela a donc impliqué des tâches de la vie courante telles que faire ses courses ! Les fruits et légumes étant très chers, les marchés, nombreux dans la ville, sont donc privilégiés. J’habitais à 15 minutes à pied du marché Jean Talon, le plus grand marché couvert de Montréal, et allais donc y faire mes emplettes chaque semaine.

Sur les étals multicolores, on trouve aussi bien des fruits et légumes cultivés au Québec, aux noms parfois étonnants (tel que le cantaloup, qui n’est autre que notre melon), que des denrées exotiques importées depuis le Mexique à moindre coût. Les petites mangues jaunes, achetées en lot de 3 pour 5$ canadiens (environ 3€), ont fait partie intégrante de mon voyage, tout comme les cassettes de bleuets (les fameuses blueberries américaines) en vente par 3 au même prix ! L’occasion de découvrir des produits autres que les classiques de Monop’.

UN EVENEMENT : LE PIKNIC ELECTRONIK


© Marion Bertin

© Marion Bertin

Montréal est reconnue à travers le monde pour ses festivals, extrêmement nombreux durant l’été. Tous les dimanches, de mai à septembre, les amoureux de musique électronique se rencontrent sur l’île Jean Drapeau pour les Piknic Electronik. Cet évènement est totalement incontournable ! Au-delà de la musique (toujours bonne, croyez-moi ! ), il y a la rencontre avec des personnes venues de tous les horizons (certains du bout du monde), d’âges infiniment variés (des enfants aussi bien que des seniors) et le spectacle de cette foule joyeuse et loufoque dans une ambiance des plus chaleureuses. La vue sur Montréal est imprenable, en particulier au moment où le soleil se couche sur le quartier des affaires. Et pour l’anecdote « histoire de l’art » : qui n’a pas rêvé de danser sous un soleil brûlant à l’ombre d’une sculpture monumentale de Calder ?

UNE RENCONTRE 


J’ai rencontré un grand nombre de personnes fabuleuses au cours de mon séjour et noué de véritables amitiés en un temps très court. Tâcher d’en choisir une seule a été assez délicat ! Je voudrais quand même évoquer un petit groupe de personnes qui ont profondément marqué mon séjour. J’ai effectué un stage au château Ramezay, musée qui retrace l’histoire de Montréal depuis l’arrivée des premiers colons, et tous les animateurs et médiateurs y sont en tenue d’époque.

© Marion Bertin

© Marion Bertin

L’été, l’équipe compte également les « soldats », les compagnies des Franches de la Marine et des Frazer Highlanders reconstituées, qui effectuent des démonstrations militaires (et se font prendre en photo toute la journée). Avec eux, j’ai découvert une part de la vie nocturne montréalaise et la fine fleur de la culture québécoise. Le Fiddlers’Green, le bus de nuit 361 sur la rue Saint-Denis, la pizzeria 24/24h avec soap indien à la télé, les Timbits du jeudi matin, les Anticipateurs et beaucoup d’autres petits plaisirs locaux n’ont plus de secret pour moi grâce à eux ! Ils m’ont également mieux initiée à l’histoire du Québec et sa vie politique actuelle. Cette rencontre a vraiment transformé mon séjour à Montréal et je tiens à les en remercier.

UNE TRADITION CULINAIRE : LE BLE D’INDE


© Marion Bertin

© Marion Bertin

Dès sa fondation par les Français, le Québec est devenu une terre agricole reconnue. Si le blé a longtemps été la céréale privilégiée par l’agriculture, quelques traditions amérindiennes sont restées, et notamment la culture du blé d’Inde. Dès mon arrivée, on m’a parlé du grand évènement marquant la fin de l’été : l’épluchette. Cette tradition a lieu au moment de la récolte du blé d’Inde, entendez le maïs. Les étals des marchés en sont couverts et permettent à chacun de faire ses emplettes. Les épis (une fois épluchés, d’où le nom !), sont simplement cuits à la vapeur entiers, avant d’être roulés dans du beurre et d’être dégustés. Un vrai régal, curieusement méconnu en France !

Marion Bertin

Publicités