Les grandes robes royales de Saint-Denis

On peut dire qu’en ce moment le Centre des Monuments Nationaux se creuse les méninges pour dynamiser et réactualiser un bâtiment aussi vieux et gorgé d’histoire que la Basilique de Saint-Denis. Après la danse contemporaine, c’est au stylisme d’investir la dernière demeure des rois de France, récemment rénovée. Et il faut dire que c’est plutôt une réussite.

© CMN

© CMN

A première vue, l’immense nef gothique est égale à elle-même. Mais en s’approchant du choeur, on découvre avec surprise une imposante robe se dressant au milieu des gisants. Le styliste Lamyne M. a revisité les costumes médiévaux afin d’établir un dialogue entre passé et présent et de redonner une place à ces reines souvent oubliées, dans l’ombre de leur mari.

Contrastant avec la froideur des pierres et rappelant les couleurs des vitraux derrière elles, six robes sont disposées dans les chapelles rayonnantes de la crypte ; deux autres se trouvent au niveau du chevet. Toutes ont un rapport avec le gisant d’une reine se situant tout près. La structure du vêtement médiéval est respectée, avec cottes et surcots, mais le tissu est contemporain. 

A la fois nouvelles et anciennes, ces robes interrogent les gisants qu’elles représentent. Par leur hauteur (près de 3 mètres) et leur caractère imposant, elles veulent évoquer la grandeur des reines de France. Par la diversité de leurs influences, elles reflètent également la variété des origines de ces reines, issues de différentes dynasties, parfois venues de loin pour prendre un époux, et devenir le symbole d’un nouveau pays.

Mais dépassant la première idée de faire communiquer œuvres passées et l’art contemporain, le styliste va plus loin et évoque à travers ces robes royales le multiculturalisme de notre époque et en particulier de Saint-Denis. En effet, on retrouve beaucoup de tissus africains dans la composition des vêtements, rappelant sans doute les origines camerounaises du styliste, mais aussi chinois, européens, américains. Les influences sont aussi diverses que peut l’être notre société et l’insertion dans un cadre paisible et ancestral donne de l’ampleur au propos.

© CMN

© CMN

Autre point très intéressant, les robes sont le fruit d’une collaboration entre le styliste dionysien (nom donné aux habitants de Saint-Denis), les élèves du lycée des arts du spectacle et de la création textile La Source, à Nogent-sur-Marne, et les femmes de la maison de quartier Floréal de Saint-Denis. La basilique devient un ainsi un lieu incontournable de la ville et est réappropriée par ses habitants, qu’elle veut représenter. L’exposition se poursuit d’ailleurs dans d’autres endroits de la ville, comme le musée d’art et d’histoire ou le théâtre Gérard Philippe.

Le Centre des Monuments nationaux réussit là un pari humaniste, celui de replacer la basilique au centre de la création artistique locale, et ainsi, d’offrir une nouvelle vie à ce lieu historique.

________________________
Exposition Les grandes robes royales de Saint-Denis
du 9 octobre 2015 au 30 avril 2016

Basilique-cathédrale de Saint-Denis
1, rue de la Légion d’honneur 93 200 Saint-Denis
Téléphone : 01 48 09 83 54
Toutes les infos ici.

Advertisements