Ana Kraš x JBMT

English version is available below

Le doux et exotique nom d’Ana Kraš (prononcer “Krash”) vous semble peut-être encore étranger ; une bien malheureuse impasse au vu du talent et de la personnalité dont cette dernière fait preuve. Certains d’entre vous ont déjà pu découvrir son minois désarmant de charme et de simplicité sur les affiches de The Kooples en compagnie de son fiancé, le merveilleux Devendra Banhart.

Quoi qu’il en soit, cette New-Yorkaise d’adoption mérite toute notre attention – et que l’on ne s’y méprenne pas, c’est bien son travail et non ses amours qui la propulse sur le devant de la scène. Photographe et dessinatrice à ses heures perdues, la jeune Serbe s’est avant tout fait un nom dans le monde du design qu’elle éclaire de sa vision pragmatique et colorée. Ana, enthousiaste et accessible, a accepté de répondre à quelques questions pour JBMT.

.

.
Bonjour Ana,


Ton travail marque par son côté à la fois coloré et graphique, à la manière des pièces du design brésilien des années 60. Sont-elles une source d’inspiration pour toi?

Merci ! A vrai dire, je ne sais pas grand-chose sur le design brésilien des années 60. Généralement je ne m’inspire pas directement du design, ni d’une période en particulier, mais plutôt de matériaux et de la façon dont les gens utilisent les objets dans leur quotidien.


Cela te paraît-il important d’avoir une part « d’artisanat » dans ton travail ? [Les lampes Bonbons sont toutes réalisées à la main par Ana]

Cela ne me paraît pas primordial. Tout dépend de l’objet en fait, certaines choses ne peuvent pas être faites par des machines. Mais je pense que de nos jours, comme l’industrialisation devient systématique et que tout le monde a accès aux mêmes produits, on apprécie des séries de pièces plus réduites, réalisées à la main de manière artisanale. Je préfèrerai toujours posséder une robe qui a été faite pour moi que d’en acheter une provenant d’une collection standardisée.


Aimerais-tu créer du mobilier pour l’extérieur ou de la vaisselle ?

Oui, beaucoup. J’adore la vaisselle, la poterie… j’aimerais dessiner à peu près tout au monde ! Une paire de chaussons ou une voiture, c’est toujours aussi excitant si tu pars du principe que tu as devant toi une feuille blanche avec laquelle jouer.
.

.
Les photos de ton site sont très belles, et s’attardent aussi bien sur l’objet que sur son environnement. Comment procèdes-tu ?

Je ne prends jamais de photos de mon travail dans un studio, parce que ce n’est pas la façon dont il va être vu ni vécu. J’aime le photographier dans de véritables intérieurs ; généralement, je donne une création à des amis et je leur demande de la placer chez eux comme ils le souhaitent, et de s’en servir comme n’importe quel autre objet. Quelques jours plus tard, je reviens et je prends mes photos.

J’adore la façon dont les différents espaces peuvent influer sur l’apparence d’un objet. Un studio aseptisé avec une lumière parfaite va peut-être donner lieu à une image « iconique », mais ce n’est pas un environnement naturel pour du design. Il doit se trouver au contact d’autres objets, dans un mélange d’ombres et de lumière non travaillé.


Quel appareil utilises-tu ?

C’est un peu embarrassant : j’utilise plusieurs appareils photos bon marché et de piètre qualité, comme l’Olympus Mju II. Je ne crois pas que ce soit vraiment important, mais il temps pour moi d’en acheter un plus « professionnel ». Je pense prendre un Contax.


T’es-tu déjà essayée à la musique ou au chant ?

Je ne joue d’aucun instrument, je ne suis vraiment pas douée pour ça. J’aime bien chanter en revanche, même si je ne le fais pas bien. Comme mon fiancé est musicien, il m’a fait chanter sur une de ses chansons [Your Fine Petting Duck] de son album ; mais c’est une blague, rien de sérieux.
.

.
Quels sont tes musées préférés ?

Hm, je ne peux pas penser à un musée en particulier, le fait d’aller dans un musée est toujours très spécial. Je préfère les musées classiques aux contemporains, pour leurs incroyables bâtiments de marbre froid à la manière du Musée National Romain à Rome.


Quel est ton endroit favori pour travailler ? Et pour trouver de l’inspiration ?

Mon studio dans le Lower East Side à New York est le lieu que je préfère au monde. C’est mon premier vrai studio, et je ne peux pas penser à un meilleur endroit pour travailler.

Sinon, je réfléchis constamment à mon travail et je peux trouver de l’inspiration à peu près n’importe où, à partir de n’importe quoi.


Quel livre pourrais-tu lire et relire éternellement ?

C’est vraiment difficile pour moi de choisir parmi mes préférés, donc je ne vais même pas essayer. Quand j’avais une vingtaine d’années, j’ai lu Soie par Alessandro Baricco, et j’ai vraiment adoré ses courtes et belles descriptions.
.

.


The sweet and exotic name of Ana Kraš (pronounce « Krash ») may not sound familiar to you yet; an omission that needs to be fixed, as you’ll realize when you’ll have discovered her talented and sweet personality. Some of you might have seen her disarmingly simple and charming little face on The Kooples ads with her fiancée, the brilliant Devendra Banhart.

Anyway, this New-Yorker by adoption deserves all our attention – and let’s make that clear, she’s becoming famous thanks to her skills and not to her relationship. The young Serbian girl has made a name for herself in the world of design, where she brings her pragmatic and colorful vision. Ana, approachable and enthusiastic, agreed to answer some questions for us.
.

.

Hello Ana,


Your work is really colorful and graphic, it reminds me of the Brazilian designs of the 60’s. Are they an inspiration for you?

Thank you! Actually I don’t know much about Brazilian 60’s design. Usually I am not inspired by design and certain eras, what influences me the most are materials, and the way people use objects in their life.


Do you think it’s important to have a « craftsmanship » part in your work? (Like your Bonbons which are handmade)

It’s not too important, it depends on a product. But certain things can’t be made by machines. I think nowadays when the industry is so big and things are available for everyone, people appreciate smaller series of objects, handmade in old-fashioned way. I would always prefer to have a dress that is made for me than to purchase one from a collection.


Would you like to create outdoor furniture or crockery?

Yes, very much. I love crockery, pottery, I would like to design pretty much anything in the world. A pair of slippers or a car, it’s all the same exciting if you treat it as a blank paper in front of you to play with.
.

.
The pictures on your site are really beautiful, and focused as much on the product as on its environment. How do you proceed?

I never take photos of my furniture in the studio because it’s not how it’s going to be viewed ever. I like to photograph it in real homes. I usually give my pieces to my friends and ask them to place it as they would place it and use it as they would use it, and then few days later I come and take pictures.

I also adore how different spaces can influence the look of the object so much. Monochromatic studio background and perfect light can make an iconic image but that is not a natural environment of a furniture piece. Furniture should be among other furniture with light and shadows.


Which camera do you use?

A little embarrassing, I use a few cheap and low quality film cameras, such as Olympus Mju II. I don’t think it really matters. It’s time to get a new fancier camera so I might get a Contax soon.
.

.
Have you ever tried music (singing, guitar…)?

I don’t play any instrument, my music talents are very poor. I love to sing though, but I don’t do it well. My fiancée is a musician so he made me sing on one song on his album [Your Fine Petting Duck], but it’s a joke, not serious singing.


What are your favorite museums (worldwide)?

Hm, I can’t think of my favorite museums. The act of going to the museum is always very special. I like old classic museums more than contemporary ones because those old cold marble buildings are so gorgeous, such as national roman museum in Rome.


What is your favorite place to work? And find inspiration?

My studio in Lower East Side, New York, is my favorite place in the world. This is my first real big studio. I can’t think of a nicer place to work. I think about work constantly and pretty sure everything is some sort of inspiration.


Which book could you read again and again?

It’s hard for me to pick my favorites so I won’t even try. I remember when I was a young lady and I read “Silk” written by Alessandro Baricco, I found so much pleasure and comfort in his short beautiful descriptions.

.
Thanks a lot Ana !

Plus d’informations : http://www.anakras.com/main.php

Publicités