Carnet de voyage #2 : la Thaïlande

En cette fin d’été, JBMT a décidé de vous emmener à la découverte de ces lointains pays parcourus par notre petite équipe tout au long de la période estivale. Bon voyage !

.

UN PAYS : LA THAILANDE


© Yannis Letournel

© Yannis Letournel

UN LIEU MARQUANT : AYUTTHAYA


Si la Thaïlande revêt de nombreux visages, on ne pense pas souvent à elle pour voir des temples anciens. Pourtant, il vous suffit de faire une heure de train depuis la capitale pour vous retrouver immergé dans une étonnante Angkor thaïlandaise.

11902391_10207133719439136_261313235744532462_n

© Yannis Letournel

La combinaison chromatique y est parfaite : le rouge brique des ruines, parfois encore recouvert de stuc, se détache sur le duo bleu et vert des environs. On se croirait devant une aquarelle romantique d’un scientifique-explorateur du XVIIIe siècle. Souvent ces voyageurs aiment à décrire les sentiments nobles que procurent les grands espaces vides, grandioses, originels. Je ne vous ferai part d’aucune grandiloquence ici, mais flotte dans l’air à Ayutthaya un doux sentiment de paix, peut-être le reliquat timide de cette grandeur passée. 

Tout aussi propices à la rêverie, je mentionnerai le pont de la rivière Kwaï, alchimie parfaite entre la légende et la candeur, ainsi que les cascades d’Erawan qui rendent à l’expression « rivière de diamant » tout son sens. 

UN EVENEMENT : LA CEREMONIE DES VOILES


© Yannis Letournel

© Yannis Letournel

C’est toujours une curieuse expérience que de se retrouver par le plus grand des hasards au sein d’une cérémonie dont vous ignorez tout et à laquelle vous n’avez pas été convié. En parfait novice, vous voilà embarqué dans une danse mystérieuse dont les agissement vous semblent obscurément obscurs. 

Nombre de statues bouddhiques en Thaïlande sont vêtues ; et ces carrés de tissu orange qui constituent la tunique de l’Eveillé sont en réalité offerts par les fidèles. Il s’agit alors pour les bouddhistes d’acheter, bénir, et offrir à l’effigie une étoffe, pour acheter la protection divine, une procédure prenant place à une date précise dans l’année. 

Tout un manège se met alors en place : alors que les orants s’affairent au pied de la statue, quelques officiants sont en charge de retirer les voiles de la divinité afin de les remplacer par ceux que viennent offrir les fidèles : un travail de titan… Car, si tout ceci peut paraître bien ordinaire, il faut savoir que le Bouddha en question mesure bien souvent plus de six ou sept mètres de haut ! De quoi porter de très très nombreux carrés de tissu… Le spectacle prend alors une toute autre dimension, puisqu’il s’agit de centaines de tissus qui sont emballés et déballés, lancés et dépliés, livrant ainsi un véritable festival d’arabesques de textile vermillon. 

© Yannis Letournel

© Yannis Letournel

UNE FORCE VIVE : LES FEMMES 


IMG_2127

© Agathe Torres

Des choses qui m’ont le plus étonnée dans le mode de vie thaïlandais, c’est l’omniprésence des femmes, qui investissent et envahissent le monde du travail aussi bien que la rue. Affublées souvent d’un curieux attirail hétéroclite qui les protège du soleil et de la pollution, les femmes sont partout, et à toute heure. Elles ont la main mise sur le commerce de rue, sont hôtesses, vendeuses, femmes de ménage, masseuses, présentatrices de télévision, s’occupent des parterres de fleurs, construisent les maisons, font la maçonnerie des routes… Peut-être le seul métier qui semblent « réservé » aux hommes, c’est conducteur de taxi, et on a rencontré des exceptions !

UN PLAT TRADITIONNEL : LE LAKSA


© Agathe Torres

© Agathe Torres

La nourriture fait partie intégrante de la culture thaïlandaise. Impossible d’y échapper, il y en a partout. Les ingrédients sont des plus divers et les variations paraissent infinies ! 

Le plat le plus traditionnel est le Pad Thai, mais si je devais choisir un élu de mon coeur, je vous parlerai du Laksa. Servi dans un grand bol, ce sont des nouilles sautées et noyées dans une soupe à base de lait de coco, le tout accompagné de fruits de mer, d’herbes, de ciboulette et de sortes de petits vermicelles croquants. C’est à la fois délicat, nourrissant, savoureux et relevé : juste ce qu’il faut pour atteindre la perfection dans l’équilibre des saveurs !

Une petite note également sur probablement la chose la plus curieuse que j’ai mangé de toute ma vie : le durian. Interdit dans les avions et les hôtels à cause de son odeur, son goût est une expérience qui est hors de toute description possible. Je vous laisse le mystère entier en vous renvoyant aux tentatives les plus folles que propose l’Internet sur ce fruit des plus curieux… 

Publicités